Guylain de Mirandol, président de l’association Films et Lumière

L’association Films et lumière constitue un réseau national d’équipes organisant des séances de cinémas pour les films porteurs de messages chrétiens. A l’heure où la violence, la sexualité ou la mise en évidence de soi-disant progrès sociétaux deviennent des arguments de vente pour le cinéma, l’association propose une voie alternative permettant de mettre en avant des films dont l’éthique et la foi sont au cœur du projet cinématographique.

Les objectifs de Films et Lumière

L’association soutient le cinéma chrétien afin de servir un double intérêt.

Nous voulons tout d’abord combler le besoin exprimé par un public demandeur de films chargés de sens, de moralité ou de spiritualité. En organisant des séances de cinéma, nous permettons aux spectateurs de visionner des films auxquels ils n’auraient pas accès, les salles ne les programmant pas mécaniquement. Il existe trop de craintes budgétaires vis-à-vis d’un type de films s’adressant à un public potentiellement réduit. Quant-aux personnes qui pourraient demander la programmation de ces séances auprès des cinémas, leur nombre est encore trop limité. Nous créons donc ces équipes pour générer des séances et entretenir une relation de confiance avec les gérants de salles.

Le second objectif de l’association consiste à soutenir les sociétés de production et de distribution qui acceptent de porter les films d’inspiration chrétienne. Nous cherchons à favoriser la rentabilité économique de leurs films afin qu’ils soient en mesure de lancer de nouveaux projets cinématographiques. Par nos actions, nous tendons à redonner du sens au monde de la culture dans le domaine du cinéma et de l’audiovisuel. Il faut être conscient que la culture, tout comme l’éducation et l’instruction, est un secteur stratégique qui forge la moralité des générations actuelles et futures. Pour cette raison, il est essentiel de soutenir les professionnels du cinéma qui portent ces beaux et courageux projets.

Les actions entreprises par l’association

Films et Lumière met en place des équipes dans différentes villes de France afin d’organiser des séances particulières ou d’appuyer des sorties nationales. L’association fournit à ces équipes des outils, des conseils d’organisation et de communication pour qu’elles puissent demeurer performantes sur le terrain. Les paroisses catholiques ou églises protestantes peuvent ainsi s’appuyer en toute confiance sur ces équipes devenues spécialistes avec le temps. A l’inverse, nous comptons grandement sur ces églises pour relayer notre communication.

Nous intégrons également des initiatives isolées du même type dans notre réseau afin qu’elles disposent d’outils de communication adéquats, basés sur les réseaux sociaux, l’informatique mais aussi sur la communication physique.

Films et Lumière dispose également d’un statut de personne morale spécialisée dans le cinéma, ce qui lui confère une crédibilité face aux professionnels. L’association devient donc un tremplin pour les personnes organisant ou souhaitant organiser des séances de cinéma de leur propre chef.

Le réseau constitué par ses équipes est également un formidable outil pour échanger sur le fond et la forme des films ou se conseiller mutuellement, notamment lorsque les équipes sont jeunes et ont besoin d’un parrainage au début de leur activité.

Les films que nous soutenons

Films et Lumière sélectionne les films d’inspiration chrétienne comportant des symboles ou messages religieux. Mais il peut s’agir également de films porteurs de spiritualité, de moralité ou de respect de la vie humaine dans un contexte éthique actuel déliquescent. Nous appuyons donc tout type de réalisateur, qu’il soit croyant ou non. Une seule constante demeure : ces films véhiculent les messages de l’Eglise catholique.

Malheureusement, la perfection n’est pas de ce monde. Il y a toujours une critique à faire sur une scène spécifique liée notamment à la subjectivité du réalisateur ou du scénariste. Il existe donc irrémédiablement des écarts que nous essayons de corriger par des débats lorsque cela est possible. Pour supprimer au maximum ces défauts, l’association fait notamment confiance à la société de distribution SAJE qui effectue déjà un tri initial efficace.

Enfin, lorsque l’organisateur d’une séance porte des films à l’écran, il doit être conscient qu’il ne dispose pas du monopole du bon goût. Là encore, la subjectivité a une place importante. Le film Dieu n’est pas mort, réalisé par Harold Cronk, en est un exemple concret : alors que certains sont sortis déçus du cinéma, d’autres y sont retournés deux fois pour le regarder de nouveau.

Quoiqu’il arrive, Films et Lumière veille à appuyer des films qui apportent, dans leur globalité, une plus-value aux spectateurs qu’il s’agisse de faire grandir leur foi ou de fixer des balises dans leur vie quotidienne.

Articles liés

Write a comment